L’Émission d’Antoine

« L’Émission d’Antoine »: un format hybride entre monstration ou déstigmatisation de la bizarrerie ?

L’année 2017 aura été caractérisée par des mois (et des nuits surtout) d’analyse de cette émission. Format, dispositif, plateau, animateur et chroniqueurs… j’ai passé au peigne fin tous les composants de cette émission. Ce fut également le point d’honneur de cette dernière année de Master et la joie immense de pouvoir rencontrer Antoine de Caunes : cette icône qui m’a tant donné envie de travailler pour la télévision.

L’ Émission d’Antoine

L'EMISSION D'ANTOINE

« L’Émission d’Antoine » est un talk-show diffusé depuis le 6 novembre 2015 sur la chaîne Canal+ Décalé. Animée par Antoine de Caunes, elle met en avant des informations, des contenus, des personnalités étonnantes et singulières afin de proposer un talk-show d’humour. La Saison 1 aura été rythmée par 31 émissions traitant de sujets plus atypiques les uns que les autres. La Saison 2 a démarré le 17 septembre 2016, avec une première partie en crypté et la seconde en clair à 19h40. Le talk-show s’articule autour de chroniqueurs, de rubriques, d’invités fil rouge mais surtout d’Antoine de Caunes qui donne le rythme de l’émission.

L’objectif de cette analyse ?

Le nombre de talk-show diffusés à la télévision française ne cesse de croître. La question du format est devenue essentielle et les chaînes de télévision sont toutes à la recherche de « la mécanique », qui portera le programme au succès. L’objectif est désormais de créer des émissions où les courbes d’audience seront un gage de qualité et de longévité.

Au sein de cette recherche nous analyserons « L’Émission d’Antoine » : un programme télévisuel porté par Antoine de Caunes depuis Novembre 2015. Les objectifs sont nombreux. Si nous souhaitons d’abord déterminer l’identité de cette émission, nous nous attarderons également sur la définition du format. Quel est-il ? Peut-on catégoriser ce talk-show dans une case préférentielle ? Ou l’émission est-elle un produit télévisuel à part ? Si ces interrogations nous mènerons à une définition du talk-show, nous déterminerons également la place qu’elle occupe dans le paysage audiovisuel français. Aussi, car il est essentiel d’en comprendre les mécanismes, nous analyserons la structure de L’Émission d’Antoine, sous un regard sémiologique. Ceci nous permettra d’interpréter les signes, les codes et les messages implicites que véhicule ce talk-show (si nous pouvons la qualifier ainsi). Enfin, cette étude aura pour objectif de vérifier la promesse de l’émission et d’établir les points forts et les points faibles de celle-ci.

La promesse de L’émission ?

J’ai mené cette étude autour de la promesse faite par l’animateur lors de la première émission. A-t-elle été respectée ? Ou était ce juste un effet de discours ? La voici:

adc1.jpg

« Bonsoir, Bonsoir et merci d’ être ici plutôt qu’ailleurs. Je m’appelle Antoine de Caunes et vous regardez « L’Émission d’Antoine ». Ah mes amis ! Mes amis ! C’est une belle saison qui s’annonce. Je vous le dis tout de suite ce sera un tout petit peu différent de ce que j’ai fais les deux dernières années. Par exemple je n’aurai plus à demander à Gérard Longuet si ça ne l’ennuierait pas de faire un peu plus court, vu que le zapping arrive derrière. Je n’aurai plus demander non plus à Harlem Désire si trente ans après il s’oppose toujours à ce qu’on touche ses potes. Ou Richard Berry si c’était difficile de jouer un pharmacien strasbourgeois sous l’occupation allemande. Non, non, non, non, non. Fini de tourner autour du pot. On va mettre les doigts dedans et ce sera bon je vous le promets. Chaque semaine nous raconterons notre époque à travers ces bizarreries et ces petites névroses. Et ce soir pour démarrer en beauté, c’est le pou du poil que nous allons prendre. Ce poil que nous affichons si insolemment où qui nous fait si cruellement défaut. C’est de cela, c’est de cela que nous allons parler ce soir. Nous, autrement dit ma petite tribu et moi-même, à savoir : Monsieur Poulpe, Fred Veisse, Fred Testot, mais aussi la révélation du dernier salon des arts ménagers Tony la Thune et Alison Wheeler. »

Et pour vous éviter plus de 100 pages d’analyses, je vous résume tout dans cette partie –>

S’il ne fallait retenir que l’essentiel…

« L’Émission d’Antoine » a une place à part dans le paysage audiovisuel français. Il s’agit d’une émission en mouvement, qui teste de nouvelles formes et de nouveaux discours chaque semaine. Les acteurs de l’émission travaillent en permanence la forme, la contre programmation et « l’alternative » (au sens d’Antoine de Caunes) afin de rendre cette émission toujours aussi singulière. Car « L’Émission d’Antoine » est une émission en tension entre ce qui est vu et connu et entre quelque chose de plus risqué et novateur. Il est donc difficile de répondre à la question de l’identité. Cette émission s’inscrit dans plusieurs formats ce qui lui retire toute forme générique. Lui attribuer une catégorie précise serait lui retirer toute originalité et toute son essence. En cela elle est atypique car elle n’est pas classable. Au contraire, elle se créée ses propres codes journalistiques qui permettent de la considérer comme un format hybride. De plus, la recherche de l’absurdité n’a pas pour vocation de la rendre normale, mais simplement de la montrer. Et c’est cette logique de monstration télévisuelle qui, une fois de plus, ne la classe pas dans un talk-show ou l’objectif serait de discuter de ces « névroses et de ces bizarreries ». Au contraire, les acteurs de l’émission sont des figures qui servent la monstration ou l’émission s’apparenterait à un catalogue d’images et de sons. Cette logique de monstration se justifie par le médium mais aussi par la volonté de s’extraire du sensationnalisme pour donner à voir sans jugements.

adc3.jpg

« L’Émission d’Antoine » : un format hybride entre monstration ou déstigmatisation de la bizarrerie?  Voici notre questionnement de départ.

À cette interrogation nous pouvons ajouter que cette émission n’a pas pour prétention de faire du spectacle mais de mettre en avant des particularités minoritaires. C’est aussi une façon de donner à voir la diversité du monde, lui accorder de l’importance et surtout revendiquer un déformatage, se battre contre l’unicité, contre l’homogénéité des façons de faire, de voir et d’être. Car si l’objet de cette recherche était de discuter de l’identité de « L’Émission d’Antoine » et de la promesse, elle m’a également permis de comprendre (par les entretiens, les observations participantes et le visionnage des émissions) les intentions des faiseurs de l’émission.

Les analyses ont montré que les spécificités de l’émission provenaient en partie de la chaîne de diffusion, de l’animateur et de la ligne éditoriale qui permettent d’en saisir les fondements et la constitution précise. « L’Émission d’Antoine » est un programme télévisuel classique qui s’inspire d’autres programmes.  Et c’est aussi ce qui crée l’originalité, l’autonomie et la spécificité du programme. En d’autres termes il participe à la mise en place de nouvelles modalités, dans le traitement journalistique notamment mais également dans le dispositif scénique. Quant à la promesse de l’émission (et au regard des Saisons 1 et 2), elle semble être respectée majoritairement dans la Saison 1. D’abord car la mise en scène est plus proche d’un sentiment de bizarrerie et de névrose, ensuite car la proximité renforce ce sentiment. Enfin car elle ne s’inscrit pas dans un dispositif courant avec des invités et un animateur autour d’une table.

adc5.jpg

Ces conclusions ont été nourries par l’échange que j’ai pu avoir avec Antoine de Caunes. En effet, alors que j’avais préparé une grille d’entretien avec des questions précises et spécifiques sur le public, le plateau, les échanges verbaux ou encore la construction des reportages, la fluidité des échanges m’a soustraite de toute lecture des questions que j’avais rédigées. Nous avons pu échanger en construisant un échange naturel et en développant des questions que je soulevais au cours de l’entretien. Antoine de Caunes a été très soucieux et attentif à mes interrogations en prenant le temps de répondre à chacune d’elles.

Cette rencontre fut précieuse et elle restera un moment inoubliable dans l’histoire de ma vie professionnelle.

Et bien que cette émission ne soit pas renouvelée à la rentrée… Antoine de Caunes revient dès le mois de décembre avec une nouvelle émission en prime, sur Canal+, pour le plus grand bonheur du PAF !

DeLouison